Translate

mardi 28 février 2017

La prouesse du dimanche soir – Episode 1


Petite-Montagne, affectueusement surnommée Maïtika ou encore PM pour les plus intimes, était l’organisatrice d’un évènement qui en enthousiasmait plus d’un : une soirée « Prouesses » dans le Gondor. Cinq valeureux héros se sont proposés pour cette dangereuse mission : 

- Nerilia, qui malgré sa tentative de changer de nom pour redorer sa réputation reste malgré tout Arna, la flèche qui part où il ne faut pas
- Lilhie, de retour au combat après de longues vacances dans sa Comté natale
- Sachard, alias Pikachu
- Maithlar, qui boitait légèrement suite à une soirée beuverie chez Neira et Silpion mais qui n’a pas souhaité en dire plus
- Neira, chef dévouée, source d’inspiration pour tous (particulièrement pour Nerilia), et qui a fait semblant de ne pas remarquer que Maithlar boitait

Pour choisir le thème de cette soirée, la discussion allait bon train : quels seraient les ennemis à occire ? Dans quelle partie du Gondor ? Pour quel trait ? A quelle heure ? Avec qui ? Qu’est-ce qu’on mange ? A qui est ce tube de vaseline ?...

Finalement tous ont décidé de se retrouver aux portes de Pelargir. Chacun étant dispersé aux quatre coins du monde, cela a forcément pris pas mal de temps. Et comme il s’agit de l’Alliance Protectrice, personne n’a songé que les deux capitaines dans le groupe auraient très bien pu corner les autres. Maithlar, reviens ! On a dit « corner » pas « encorner »… !

A cheval sur les montures de guerre le groupe a suivi Neira qui galopait loin devant, dans les champs. On aurait pu croire qu’elle savait où elle allait jusqu’à ce qu’elle fonce tête baissée dans les pans rocheux d’une falaise. Boire ou conduire, il faut choisir… Petit détour donc pour atteindre Hata Kebir dans le Lebennin, un camp où corsaires et haradrims festoyaient gaiement. Une pensée émue pour notre bien-aimé Paladryt qui aurait certainement pris le temps de descendre de cheval, proposer une conj, poser un piège et lancer le signal du départ. Là ça tenait plus du troupeau assoiffé qui vient de découvrir une nouvelle auberge ! Neira toujours à cheval, qui essaie péniblement de manœuvrer sa monture de guerre entre les tentes, Maithlar qui fonce en hurlant sur les semi-trolls pour ne plus entendre les vannes tendancieuses sur sa hallebarde, Nerilia, complètement aveugle à cause des attaques éclair de Sachard et qui tire à tout-va sans vraiment viser, et Lilhie restée à l’arrière qui cherche ses compétences…

Dans le camp, c’est la débandade ; les ennemis n’ont même pas le temps de sortir des tentes qu’ils sont empalés par les lances et les hallebardes, criblés de flèches et brûlés au 3ème degré. C’est pas très beau, c’est pas très propre, mais le travail se fait dans la joie et la bonne humeur pendant qu’Arna compte les points, ou plutôt les coffres à butin.

Au bout d’un moment les bourses sont pleines et les regards convergent vers Maithlar. Il est temps de gagner Aerthir, le village d’à côté, pour refourguer la camelote fraîchement amassée. Quelques minutes suffisent à récupérer une vingtaine de pièces d’or sonnantes et trébuchantes, et le groupe repart en chasse. En plein galop dans les champs, proposition est faite de s’attaquer aux bêtes sauvages de la région. C’était sans compter sur le fait que depuis dix minutes la quasi-totalité des champs environnants avaient été pullés, avec en bonus une troupe de guerre ! Arna n’essaie même plus de cacher son découragement et tente de réorganiser tout ça, en vain évidemment. Après moult cris, flèches et coups, le calme est enfin revenu dans la plaine – et personne ne sait comment. Le groupe repart cheveux au vent au camp d’hata Kebir pour finalement y terminer en quelques minutes les prouesses commencées.



    PS : Une image de la soirée de Maithlar a filtré sur la toile...

vendredi 5 juin 2015

L'appel d'Arnaona


Nous vivons des temps de grands changements, mais l’Alliance Protectrice résiste. Le retour de Neira la rouge - en référence à la teinte des visages autour d’elle quand elle ouvre la bouche - et de la légende oubliée Silpion, avait allumé une faible lueur dans l’esprit éteint d’Arnaona, le chasseur à la flèche autonome. L’idée saugrenue ainsi révélée fut : Barad Guldur. 
A ces mots Girli s’enferma dans la cave de l’Alliance et Neira comme Silpion approuvèrent l’idée tout en s’excusant d’avoir trop de responsabilités depuis leur retour pour se joindre à lui. Fier de son initiative, Arnaona fit appel à ses amis, puis devant le peu de retour à ses connaissances pour enfin offrir une arme légendaire à ceux qui l’accompagnerai tout en faisant des promesses douteuses engageant la mythique Sharilaa. Difficilement, ce qu’il y a de plus vénal sur la Terre du Milieu mais pas le mieux équipé apparu étrangement sur le seuil de l’Alliance. La troupe était impressionnante vu de loin, et d’après quelques témoins il était chaudement recommandé de rester loin.

C’est ainsi que cette communauté digne d’être portée à la postérité par les plus mauvais bardes des plus infâmes tavernes se retrouva devant les portes de Barad Guldur.
A peine arrivée dans l’immense hall enténébré la troupe se figea devant l’apparition de deux immenses gardiens mus par une magie sombre. Après quelques interrogations du regard, un plan murmuré par Arnaona il se produisit quelque chose d’étrange. Arnaona lança un encouragement dans une drôle de langue traduit immédiatement par Urgho, traduction qui parlait de quelqu’un cherchant un bar. La troupe hésita un instant devant cette traduction pour le moins surprenante et un énorme rire monta et déclencha une charge sans ordre, sans grâce, sans intelligence aucune qui ne s’arrêta plus un instant. 
Entretenue par les mots d’esprit troublé de Karabeer et d’Alecsandir qui se livraient à une joute oratoire dont le but obscur devait être de découvrir le jeu de mot le plus mauvais possible entrecoupé par les chants de Marieceth qui dépoussiérait un répertoire oublié pour de très bonnes raisons et qui n’aurait jamais du se refaire entendre, la troupe progressa.
Petite Montagne chercha bien sur à se faire remarquer autrement que par son manque de hauts faits, heureuse d’avoir trouvé une bande à sa hauteur d’esprit car pour la taille malheureusement elle cherche toujours, elle décida donc d’allumer d’immenses brasiers aveuglants ponctués par son petit rire désagréable ou ses remarques désobligeantes, fidèle à sa réputation. 
L’ascension se fit dans la désinvolture la plus totale et les scènes de combats furent d’une violence insoutenable car plus la communauté avançait plus les mots perdaient en esprit ce qui paraissait impossible au début tant le niveau était bas, laissant se révéler la vraie personnalité des compagnons. D’étranges pratiques privées furent décrites avec maints détails, des sous entendus sans profondeurs déclenchaient abondance de rires, et Marieceth imperturbable exhumait toujours et encore des chants moribonds qu’il eut été préférable de laisser en paix.
C’est donc dans une transe violente et anarchique que la communauté menée par Arnaona se retrouva après un pull massif sur la terrasse de Barad Guldur, devant le Lieutenant.
L’effroi était palpable et s’inscrivait dans les yeux écarquillés. Même sa monture montra des signes évident de malaise quand la voix de Marieceth s’éleva encore une fois pour chanter un lai d’un certain Saardh’ou.
Mais la petite bande sans aucune pitié pour le Lieutenant décida de sortir quelques bouteilles (volées dans les étages inférieurs bien sur) et de partager entre eux des petites noix grillées, oubliant durant un long moment leur hôte qui ne savait pas s’il devait intervenir ou pas.
Puis dans une grande désinvolture et dans une absence totale de politesse, la communauté se rua sur la bête et son cavalier mettant ainsi fin à une légende dans un combat sans honneur. 

Merci aux téméraires qui ont répondu à l’appel désespéré d’Arnaona. 


Histoire rapportée avec la plus grande objectivité par Sharilaa.

dimanche 15 septembre 2013

Le Hobbit et l'Oliphant



Un mépris certain pour les récompenses faciles, l’envie de relever un défi de taille pour un jour être ovationné par Providence, voilà ce qui pousse Clelya à réunir douze combattants sur-stuffés et sous amphét ! A moins que ceux-ci ne se soient réunis que grâce aux pots-de-vin versés, mais c’est malheureusement invérifiable.
Direction donc l’aile Blessure d’Ost Dunhoth (en T2 of course). A peine le seuil franchi que Gortheron éclate de rire. On s’interroge sur l’image peu flatteuse qu’il se fait déjà du groupe. Clelya se lance dans les explications d’usage pour ceux qui n’avaient encore jamais les pieds dans ce cauchemar, en rappelant qu’aucune excuse bidon ne serait tolérée, soit pas de « …l’icône de Songbook me gêne » ni de « … j’ai perdu le curseur de ma souris » etc. D’autres se mordent les lèvres pour ne pas être tentés de sortir une blague pourrie. Hein ? Comment un pêcheur reste mince ?! Parce qu’il mange des palourdes ? Rha non, sioupléééé !

Ça y est, le groupe est concentré, buffé, popotionné et parcheminé. Le signal est donné, les jeux commencent. Les pas terrifiants des mammouths qui avancent inexorablement dans notre dos nous font courir comme des dératés. Spectres, loups, morts-vivants… il s’agit de faire vite pour débloquer les leviers et ouvrir les grilles des autres joueurs. Malheureusement l’un des trois groupes est ratatiné par un mammouth pour une histoire d’embonpoint et de déambulateurs à pousser. Qu’à cela ne tienne ! Clelya leur envoie Alecsandir pour les discipliner et on est reparti. Mais le deuxième essai n’est pas plus brillant que le premier ; la faute à Sachard qui a traité Clelya de gourde collante…
Lors de la troisième tentative, c’est un poil mieux. Mais vraiment un poil. La moitié du raid seulement atteint la grande salle avec trois pachydermes aux fesses, et là c’est la débandade : certains courent en tous sens en hurlant et en agitant les bras, d’autres suffoquent dans les flaques de poison, et les survivants sont rageusement piétinés par des mammouths très énervés. En bref, un wipe des plus artistiques.
Nouvel essai (Oui, il paraît que la persévérance vient à bout de tout). Maithlar avertit le groupe de toucher que dalle. Ou alors de toucher les dalles ? Rha, qui n’a pas branché son sonotone ? Plantée au milieu de la salle pour attendre et rebuffer ses compagnons, Neira réalise avec stupeur que le combat s’est déclenché ! A peine entrée dans l’instance, Clelya finit en crêpe. Neira se penche au-dessus du corps pour déterminer les dégâts mais, distraite par la barbe naissante de la Hobbite, en oublie de fuir devant l’énorme mammouth. Mince, encore un wipe. La faute à qui ? Les discussions vont bon train, les insultes fusent. On tranche : c’était Istara !
Dernière tentative. Cette fois, nous parvenons tous à la grande salle. Enfin, presque tous… Le groupe d’Hiragil est décédé. Il ne reste plus que la courageuse gardienne pour tenir tête à la fois aux spectres et au mammouth. Fascinée, Neira prend des notes dans l’attente de pouvoir la secourir si celle-ci s’en sort. Mais c’était sans compter sur Clelya, flanquée de deux mammouths, qui se précipite vers la Capitaine en hurlant que les flèches et la magie c’est pour les trouillards, que rien ne vaut un planté de lance entre les deux yeux. Coincée entre les murs, les pachydermes et une Hobbite incontrôlable qui a cru qu'elle pourrait surfer sur un mammouth comme Legolas, Neira a tout juste le temps de supplier Istara de l’achever d’une flèche…

Un grand merci aux alliés présents : Isaline, Sachard, Engelwine, Mioril et Pemo, et aux Protecteurs : Maithlar, Neira, Clelya, Alecsandir, Hiragil, Istara et Lilhie.
(texte : Neira)

vendredi 30 août 2013

Une rentrée douloureuse


Ayé, tous de retour en cette fin d’été pour de nouvelles péripéties ! Le temps de ranger nos shorts et nos tongs, d’échanger les anecdotes de vacances et les bonnes adresses des tavernes, nous voici sur le pied de guerre pour reprendre la lutte.
Trois inscrits pour un raid, de quoi déprimer Isaline qui en était l’instigatrice, mais c’est à onze que nous nous sommes retrouvés. Le temps d’enfiler des slips propres, et nous voilà prêts pour une bataille face à Vadok et Laugshat. Mais eux, contrairement à nous, ont passé l’été à la salle de muscu… A peine sommes-nous entrés dans l’arène qu’un énorme coup de massue vient planter Louella dans le sol. De quoi énerver un brin Gamemod ! Il y a des jours où il ne faut pas chercher un champion, et il y a des jours tous les jours… Les coups critiques pleuvent, au risque de se faire remarquer par les deux gros balèzes. Il faut être au moins cinq pour retenir notre berserk. Du coup personne ne voit Girli lâcher sournoisement une conclusion épique sur Laugshat ; on profite seulement du spectacle de son cadavre qui roule dans la poussière. Les deux trolls salivent déjà à l’idée du plateau-repas qu’ils sont en train de se mijoter avec nous. Clelya commence à suer à grosses gouttes dans son armure – et ça se sent. Ses cris pour avoir du soin sont couverts par l’agonie de Girli, et une baffe de Vadok finit par la faire taire. C’est le wipe.
Bon ! On se relève, on cache ses ecchymoses, on se met d’accord sur le fait qu’il ne s’est rien passé et on y retourne. Compte à rebours…. Et c’est parti ! Nouveau coup de massue. Louella est aplatie comme une crêpe. Les deux trolls, hilares, nous attendent de pied ferme. Moins ferme est le pied de Lilhie qui manque de s’empêtrer dans son linceul. Cette fois le combat est mené avec force et discipline et dans un parfait synchronisme les deux gros pas beaux finissent par périr. Cris de victoire, accolades, et tout le monde se rassemble autour d’un coffre qui lâche cinq emblèmes du roi ancien terni, douze recettes de craft et vingt-trois bijoux bleus… Oui bon, c’est permis de rêver non ?
Le succès nous grise, on est chaud bouillant, on en veut plus et on part joyeusement sur le chemin d’une Fuite (en T1 hein, on revient de vacances quand même… !). Notre premier essai nous laisse un goût amer d’inachevé ; dix cadavres dus à une première vague d’ennemis et il ne reste que Neira qui fait son Boromir dans un ultime halo de lumière alors qu’arrive déjà la deuxième vague… Deuxième essai ! Girli, en rupture de stock de fierté, fonce tête baissée dans le piège de Clelya et se fait assommer. Soit-disant qu’il faut un sacrifié ! Mais on a tous vu Clelya lui balancer de derrière un gros caillou juste pour le plaisir ! Ciblée par des archers, Neira succombe en premier cette fois, collée de près par Lotmora dont les doigts se crispent sur sa harpe avant un dernier râle. Re-wipe. Malgré tout, on se relève, on insiste, Clelya pousse de nouveau Girli en première ligne. Cette fois la bataille est superbement gérée, on s’en étonnerait presque. La peur que tout foire à la dernière vague nous étreint, et quand Clelya hurle qu’elle a besoin de soin on a tous serrés les fesses en murmurant une petite prière. Heureusement ça passe, et nous sortons de là vainqueurs ! Tous ces efforts pour un coffre dont les récompenses donnent envie de se pendre. Oui mais c’est tellement bon de tous se retrouver en raid qu’on y retournera quand même, na !

Merci à Isaline (venue avec Gwenyfar), les alliés Elendric ( Karakbeer) et Louella, ainsi qu'aux protecteurs Clelya, Hiragil, Lotmora, Lilhie, Gamemod, Paladryt, Girli et Neira.

(texte Neira)